Ashram, secte, école, espace religieux…?

English version

Vivre dans un Ashram, c’est comment?

Après un mois complet passé dans un Ashram en Thaïlande, je peux maintenant dire que c’est un endroit où on apprend beaucoup. J’ai appris mille et une choses, certaines plutôt pratiques et d’autres plutôt personnelles et humaines.

Change process_Open to new things_new learnings_Finger drawings_Finger emoticon

Je suis arrivée avec l’intention d’apprendre la permaculture et la méditation, en croyant qu’un ashram était une simple école avec des rituels bouddhistes. Mais je suis repartie en ayant appris beaucoup sur moi-même et la vie en groupe, en ayant une meilleure vision de mes limites en ce qui concerne ma capacité à succomber à l’irrationnel et à l’ésotérique et en ayant ouvert mon esprit à de nouveaux sujets comme :

  • La construction naturelle et la facilité de pouvoir se construire sa propre maison en moins de temps qu’il ne faut pour le dire et pour des montants réalistes ne nécessitant pas d’endettement personnel.
  • Le yoga et le bien que cela fait au corps.
  • La méditation (à faible dose) et le bien que cela fait aux émotions.
  • La médecine chinoise et sa partie “bien manger” absolument passionnante et fascinante.
  • Le dessin en tant que thérapie.
  • La danse en tant que soupape de sécurité (et sans alcool s’il vous plaît).
  • … et encore plein de choses que je n’ai même pas encore réalisé.

Mais un ashram c’est quoi exactement?

D’après wikipedia, un ashram c’est : un āshram ou āshrama (sanskrit : āśrama ; devanagari : आश्रम1) était dans l’Inde ancienne, un ermitage en un lieu isolé, dans la forêt ou la montagne, où, dans une grande austérité de vie, un sage vivait et cherchait l’union à Dieu dans la solitude et la paix intérieure, loin des distractions et agitations du monde. Si le lieu servait à la pénitence, il était aussi utilisé pour la formation religieuse. En effet, le même mot est employé dans l’hindouisme pour une institution animée par un guru où des élèves, petits et grands, séjournent pour suivre les enseignements du maître.

Change_Questions_What is an ashram_Finger drawings_Fingers emoticon

Voilà voilà, dans un Ashram il y a une partie “école” et aussi une partie “culte et religion” mais non un ashram n’est pas une secte. Les connaissances partagées, la façon dont elles sont partagées et le culte associé dépendent, eux, un peu de l’endroit sélectionné.

Les thématiques à Gaia Ashram où j’ai passé mon mois de janvier 2016, étaient globalement centrées autour des questions de l’environnement : la construction avec des matériaux naturels, la permaculture et la découverte de soi en tant que personne éco-responsable. L’apprentissage se faisait dans un système de vie en communauté avec une routine stricte mais à 2 niveaux (dirigeants et sous-dirigeants avec une routine plus laxiste et les équipiers avec un planning imposé) et le culte était un mix de bouddhisme et d’une vision très ésotérique de la nature.

Plus concrètement, au quotidien, ça ressemblait à ça :

  • 5h45 : Réveil
  • 6h00 : Méditation
  • 6h30 : Yoga
  • 7h30 : Petit-déjeuner
  • 8h45 : Cours théorique
  • 12h30 : Déjeuner
  • 13h30 : Pause
  • 15h00 : Cours pratique
  • 17h30 : Méditation
  • 18h30 : Souper
  • 20h00 : Activité ou cours
  • 22h00 : Dodo bien mérité

Et au milieu de tout ça il fallait encore ajouter les tâches “ménagères” en groupe de 3 ou 4 dès que vous trouvez une demi-seconde :

  • Préparation du petit-déjeuner
  • Vaisselle
  • Compost des toilettes sèches et des restes de la cuisine
  • Nettoyage de la salle commune
  • Nettoyage des espaces de travail pratique

Ou encore ces quelques tâches et activités :

  • Définition des règles de vie
  • Grand ménage du lundi matin
  • Partage avec les membres du groupe
  • Gestion des conflits
  • ….

Autant dire qu’il y a des jours où on subissait plus notre journée que ce qu’on était acteur dans le processus.

Bref, vivre dans un ashram pour un mois, c’est épuisant, autant physiquement, que mentalement et qu’émotionnellement. C’est s’ouvrir à l’inconnu, garder cette ouverture peu importe ce que cela coûte afin d’en tirer le maximum d’apprentissage, et très bien connaître ses limites pour s’isoler lorsque le groupe ou les règles de la communauté pèsent trop lourd sur le moral.

 

Copyright © 2014 · All Rights Reserved · Eats To West