Une journée à partager…

English version

Une journée, deux versions…

Il y a cette journée qui a été vraiment surprenante au Laos et depuis j’ai très envie de vous la raconter même si elle n’a rien à voir avec de la cuisine. Le problème et la raison pour laquelle j’ai mis autant de temps c’est parce que je ne sais pas comment aborder mon récit…

Cette journée, elle se passe à Sam Neua avec 2 Français super sympas (qui se cachent derrière le blog objectif nouilles qui est à mourir de rire) à la recherche de sources chaudes.

Et cette histoire… elle a 2 versions.

La journée de l’horreur – Sangsues, arnaque et défaite culinaire

Sam Neua_Vietnam_Thomas et Marielle_Hotsprings

Dans cette version, si j’avais réussi à me décider à vous la raconter,  je vous aurais parlé de cette “omelette” aux oignons que j’ai avalé dès 9h alors que le matin je suis plutôt sucré et que je ne petit-déjeune jamais autre chose que du thé et un biscuit avant 10h normalement. Je ne vous aurais certainement pas parlé de mon haleine fétide due aux oignons et à l’absence de brossage de dents après l’omelette parce que c’est pas très vendeur mais je vous aurais parlé du fait que le bus qu’on devait prendre pour aller aux sources chaudes n’était pas là (on ne sait toujours pas où il est d’ailleurs) et qu’on a été obligé de négocier un tuk-tuk. Je vous aurais dit que les sources chaudes en question, on s’est perdu pour y arriver et que le lieu ressemblait plus à une vieille station d’épuration abandonnée qu’à un paradis sur terre…

Et puis je vous aurais parlé longuement des sangsues qui nous ont attaqué Thomas et moi, du sang qui a coulé par nos pieds sans cesse pendant au moins 45 minutes alors que nos amoureux respectifs profitaient de l’eau chaude en nous narguant. Je vous aurais dit que ça fait finalement pas si mal mais que c’est juste super répugnant une sangsue et impossible à écraser avec une chaussure…

Et puis je vous aurais parlé sans aucun doute de ce chauffeur de tuk-tuk qui a fait mine de se faire arnaquer quand on lui a tendu 150 000 KIP comme convenu et qu’il nous a demandé 250 000 KIP. Que son ami au téléphone avec qui j’avais scellé le deal m’avait traité de menteuse et m’avait humiliée alors que je suis une de ces rares personnes qui sont “incapables de mentir”. Et je vous aurais dit que je suis tellement naïve que sur le coup je ne me suis même pas rendue compte que c’était une arnaque et qu’en gentille et honnête citoyenne j’ai coupé la poire en deux et que j’ai convaincu mes camarades de fortune de lui donner 200 000 KIP… Et je vous aurais certainement aussi dit que ça m’a rendue malade et que je n’ai pas dormi de la nuit à cause de cette histoire tellement j’étais triste de m’être faite rouler dans la farine et d’y avoir entrainé mes 3 compères.

 

 

La journée des découvertes, des rires et du grand n’importe quoi

Dans cette version-là, je vous aurais parlé de ce couple de Français super drôle et plein d’énergie avec qui on a décidé de passer la journée. Je vous aurais dit que c’était une super décision parce qu’on a vraiment beaucoup ri tous les 4, comme si on se connaissait depuis toujours… Et j’aurais sans aucun doute ajouté que c’est aussi ça le voyage, rencontrer des gens au bout du monde pour quelques heures, et se souvenir d’eux pour le reste de sa vie (et cette phrase marche aussi pour les gens détestables qu’on rencontre, oui oui).

Objectifs nouilles et eats to west_Making friends while traveling_The leech day

Puis je vous aurais dit que la balade jusqu’aux sources chaudes était très chouette, qu’on s’est un peu perdu mais que ça nous a fait visiter la région tout en papotant. Puis je vous aurais raconté que je me suis faite piquer par une sangsue à 2 endroits sur mon pied (Thomas aussi d’ailleurs), que c’était la première fois et que j’ai trouvé ça complètement fascinant. Fascinant parce que la sangsue a réussi à me piquer 2 fois à travers ma chaussette, que j’avais rien senti mais que c’est en enlevant ma chaussure que j’ai découvert le pot aux roses. Fascinant parce qu’on a essayé de tuer cette satanée drôle de bestiole mais qu’il nous a carrément fallu la couper en 2 avec un caillou tellement c’est résistant ces machins-là. Fascinant aussi parce que visiblement, afin de pouvoir faire un festin digne de ce nom, les sangsues injectent dans la plaie un anticoagulant qu’elles retirent lorsqu’elles ont assez mangé… Mais si tu retires la bête avant qu’elle ait fini son festin, tu saignes pendants des heures un flux continu et assez conséquent.

The leech day_Making friends and traveling_Sam neua_Objectifs nouilles and eats to west

Puis je vous aurais parlé des bains chauds (malgré le sang… à la guerre, comme à la guerre) et de combien c’était agréable après toutes ces émotions. J’aurais certainement aussi expliqué que les locaux se “savonnent” avec un galet pour enlever les peaux mortes… Et ça marche du tonnerre !

Et je crois que j’aurais fini mon histoire en parlant de la super soirée à jouer aux cartes avec nos 2 compagnons français autours de quelques bières laotiennes (beerlao) qui sont loin d’être les plus mauvaises croisées pendant ce voyage.

 

Conclusion

Le voyage finalement c’est comme la vie, il y a toujours plusieurs façons de voir la journée, la semaine, le mois, l’année qu’on a passé. Il y a toujours une contrepartie à chaque aventure, des aspects négatifs, des compromis à faire. Voyager, ce n’est pas être en vacances pendant 12 mois, c’est vivre un projet de 12 mois. Et surtout il y a des jours où il est plus facile de voir le positif et d’autres jours le négatif…

 

Copyright © 2014 · All Rights Reserved · Eats To West