La soupe des montagnes… non merci ! Géorgie

Des ingrédients chimiques dans une soupe en plein coeur de la nature?

La Géorgie est un pays avec une vraie identité culinaire et je pensais naïvement que plus je m’enfonçais dans la campagne/montagne, plus les produits allaient être naturels et les recettes simples et saines… Que neni, il n’en est rien !

3 jours de trekking entre Zhabeshi et Ushguli, des paysages à couper le souffle et une organisation dans les petits villages telle que les marcheurs reçoivent plus que le confort nécessaire après leur 5 à 6 heures de marche. C’est ce qu’on nous a vendu et c’est ce qu’on a reçu mais…

Mestia_Village_Svaneti_Mountains_GeorgiaMestia – Province de Svaneti

Adishi glacier_Svaneti mountains_GeorgiaGlacier d’Adishi – Province de Svaneti

Adishi village_Svaneti_GeorgiaAdishi – Village de montagne, province de Svaneti

Ushguli_Trekking°Svaneti mountains_GeorgiaUshguli – Village et glacier de montagne, province de Svaneti

 

A la fin de mon premier jour de marche, enfin arrivée à Adishi et armée de mon carnet, mon stylo et mon appareil photo, je me réjouis de pouvoir rentrer dans une cuisine et de découvrir les recettes typiques des montagnes de Svaneti. Je n’avais pas anticipé que les gens “du coin” ne sont en fait pas vraiment de la région.

Chaque été, de juillet à septembre, des citadins des villes alentours comme Kutaisi partent en transhumance pour renflouer les caisses grâce au tourisme. Ils s’installent donc en famille, pendant 3 mois, dans un petit village, afin d’accueillir les marcheurs qui ne font que passer et ainsi récolter les 40 lari réglementaires par personnes. Le concept est top car il est très agréable de partir en trek sans porter de tente et en sachant qu’il y a une douche chaude qui nous attend quelque part. Mais la limite du concept réside dans le fait que les “locaux” ne s’investissent pas du tout avec les gens qui entrent dans leur maison. Pas d’échange de prénom, pas de découverte et de partage, on ne s’assied même pas à la même table pour manger… ici, c’est l’usine à touristes et pas du tout le chouette homestay comme ce que j’ai par exemple pu découvrir à Arslambob au Kirghizistan ou ici dans le Racha.

Pourtant la maison était prometteuse… Une vraie cuisine roots et nature comme je les aime !

Adishi-kitchen_Svaneti mountains_Georgia_Trekking_homestay_family guesthouse
Plaque de cuisson à la mode Adishi

Adishi-House_kitchen_Svaneti_georgiaEvier à la mode Adishi

Au menu : kachapouri, boeuf bouilli, pommes de terre à l’huile et soupe aux nouilles ramen (pommes de terre, oignon, carottes, concentré de tomate, ramen noodles avec leurs épices (erf…), sel, ail, eau). Si vous voulez la recette pas à pas de la soupe je l’ai dans mon carnet… Mais je ne suis pas certaine que ça en vaille la peine.

A la fin, j’ai passé un super trek que j’ai eu la chance de partager avec 3 autres jeunes femmes très chouettes, j’ai été éblouie par les paysages incroyables et j’ai reçu le confort nécessaire + quelques piqûres de punaises de lit. Mais culinairement parlant, mon estomac a subi 3 jours de dépression qu’il n’est pas près d’oublier. Le kachapouri matin, midi et soir pendant 3 jours (un pain fourré au fromage qui est une spécialité géorgienne), c’est bon, c’est bien, c’est fait… plus jamais !

En compensation, la plus jeune fille de la famille dans laquelle on s’est arrêté à Adishi parlait très bien anglais et m’a donné la recette du sel de Svaneti. Il est possible que la famille soit encore en train de se demander pourquoi cette “Emma” leur a demandé leurs prénoms, s’est incruster dans leur cuisine et a demandé à couper les légumes tout en prenant des notes… Voici une preuve que la motivation, l’enthousiasme et la passion sont des éléments nécessaires mais non suffisants pour réussir son aventure au bout du monde 😉

Copyright © 2014 · All Rights Reserved · Eats To West