Le voyage à vélo en 8 anecdotes épicées…

English version

Bientôt un mois que je suis la route… Je vous avoue TOUT !

Mais avant de commencer à vous raconter mes anecdotes amères ou épicées, je vais juste préciser que le vélo ça peut sembler “franchement pas gagné”… Et bien non, que nenni ! Le vélo, c’est difficile mais c’est la liberté ultime et la liberté, ça se mérite. Le vélo c’est la possibilité de faire un tour d’Europe à moindre budget en respectant la planète et en prenant le temps d’exister. C’est beaucoup plus solitaire que le voyage à pied ou en transport en commun mais c’est aussi une belle occasion de se prouver que c’est possible et que la vie n’est qu’une question de volonté et de détermination. Et surtout le vélo, c’est la possibilité de se retrouver dans des endroits absolument magiques, seule, pour une pause ou un repas à qq km de chez soi et de prendre le temps de rêver ! Alors, non je ne vais pas faire de mon concept d’atelier culinaire à vélo un concept pour la vie, mais oui ce voyage a vélo est une très chouette aventure qui vaut le coup d’être vécue!

  1. Votre équipement
    bike trip_on the road_french speaking europe_ wandering cook_cooking workshop
    Voilà, vous avez passé des semaines à choisir votre nouvelle monture, les sacs qui vont avec (ou pas), vous avez réfléchi mille heures à la question : “charrette ou pas charrette ?”, vous avez débattu des jours entiers de la tenue idéale avec votre entourage. Le départ est LE moment où vous vous rendez enfin compte de la réalité des choses et que vous découvrez avec stupeur que “une charrette aurait permis de faire que le vélo ne bascule pas en pente” (erf dommage), le sac avec tendeur par dessus les sacoches ça marche mais ça va demander un peu d’entraînement avant de réussir à se mettre en danseuse (ok ça tombe bien vous avez 5 jours avant les étapes de montagne) et la culotte rembourrée ou cycliste rembourré n’était pas utile car vous n’avez pas particulièrement de douleur de ce côté-là (vous trouverez bien un acheteur sur Ebay). En parallèle, vous vous félicitez du fait que le casque et les gants étaient plus qu’utiles pour vous protéger et pour minimiser les effets de la transpiration. Votre vélo, lui, est top et sincèrement vous avez bien fait de ne pas y rajouter l’antivol fer à cheval, le porte bidon/bouteille, le porte bagage avant, les poignées soi-disant ergonomiques et les pneus soi-disant anti-crevaison… Vous avez économisé au moins 400 euros et ça vous permettra de manger chaud de temps en temps !
    s
    s
  2. L’itinéraire… Vous ne pensiez pas si bien “tomber”
    map_itineraire_itinerary_biketrip_on the road_french speaking europe_carte
    Les voies vertes c’est chouette, les eurovélo c’est carrément le pied mais pour aller là où vous avez décidé de vous rendre, il faudra parfois rallier ces voies faites pour les cyclistes avec des routes/chemins/”endroits” qui ne sont pas toujours validés par le comité des cyclistes si vous voyez ce que je veux dire. Comment ça Google maps vous fait passer par un chemin qui n’est pas sur la carte ? Comment ça les bords de l’Oise sont praticables… ou pas ! Manquerait plus que Maurice, l’employé communal de Triffon-les-oies doivent aller débroussailler les chemins derrière les usines !!! Et comment ça, sur la carte il n’est pas écrit que le chemin est miné par des traces de tracteurs et des milliers de taons qui n’hésitent pas à se jeter sur vous au moindre ralentissement (ça fait 38 min que vous n’avez plus bu mais vous pouvez encore tenir 10 minutes…) ? Ha ben c’est pas grave, le demi-tour c’est carrément non négociable alors on continue ! Et puis au fond, vous saviez bien qu’il allait y avoir quelques galères, elles vous permettront d’apprécier les jours où l’itinéraire se passe parfaitement bien à leur juste valeur.
    s
    s
  3. Le camping sauvage
    Okinawa_Onna_Camp ground_Camping_Top things to do_Top places where to go_Green_Landscape

    Bon ici il y a deux écoles mais si vous êtes seule comme moi, malgré votre confiance infinie en l’être humain et l’expérience qui vous a toujours donné raison, il est possible que la nuit tombée vous décidiez de ne quand même pas dormir afin de surveiller le bruit d’un éventuel rôdeur qui aurait décidé de s’en prendre a votre fidèle destrier… Attention à l’idée qui dit que vous sortez tous vos couteaux de cuisine (oui je fais des ateliers de cuisine sur la route donc je suis équipée en armes blanches), votre opinel et votre couteau suisse et les étalez autour de vous car le lendemain matin après avoir peu dormi il y a des chances pour que le piège se referme sur vous… Bref, le camping municipal c’est un peu plus cher mais c’est une valeur sûre! Et en plus dans les campings il y a plein de gens sympas prêts à vous sourire et à vous souhaiter une belle soirée (vous verrez, après plusieurs jours c’est chouette d’entendre le son de sa voix) !
    s
    s
  4. Manger en route
    Grasshopper_Eating experiences_Laos_Pak mong_Luang naltha

    Si vous aussi vous avez décidé de faire l’impasse sur le réchaud et la batterie de casseroles de camping sachez que vous ne trouverez pas toujours de quoi acheter à manger sur la route. Vous allez donc manger la même chose à tous les repas… Ou presque !
    Ne lésinez pas sur les fruits et légumes car ce sont eux qui vous amèneront un peu de plaisir. Pour ce qui est du pain et de la vache qui rit (seul fromage qui ne contient pas de produit laitier et qui peut donc se conserver hors d’un frigo) n’hésitez pas à les accompagner avec des petites saucisses sèches ou saucisson, c’est pas de la gastronomie mais c’est pas lourd et quand on passe sa journée sur un vélo, des calories on veut en prendre… BEAUCOUP ! En avant les gâteaux, les barres de céréales et n’ayons pas peur des bonbons acidulés pour un petit boost d’énergie rapide entre 2 collations.
    s
    s
  5. Comment s’habiller
    Backpacking & trekking clothes list - Liste de vêtements pour le trekking & voyage sac à dos

    Peu importe ! D’office, le jean/veste en cuir ne sera pas l’équipement idéal mais l’équipement technique de cycliste coûte très cher donc si vous n’avez pas le budget pour un équipement complet, un legging et un tshirt long feront très bien l’affaire. Ne pas oublier les lunettes de soleil, la crème solaire, une écharpe et une veste légère en coton pour les jours de descente sans soleil et le classique chaussettes/baskets pour protéger ses orteils… Le vélo, c’est comme la rando, on ne doit pas être glamour on doit être confortable !
    s
    s
  6. Votre pire ennemi en vélo
    Road trip into the desert_From Cairo to Sohag_Top things to do_Egypt

    Maintenant que vous êtes sur les routes et que vous commencez à vous détacher de l’aspect technique et de la souffrance des premiers jours, vous découvrez que vous n’avez pas que des amis sur la route (non non, pas de monde des bisounours même quand on fait du bien à la planète…) Le faux plat montant par exemple, parlons-en ! Il vous attend comme un fourbe après cet horrible montée que vous avez eu tant de mal à franchir et vous force à rester sur le petit plateau et à vous demander si votre vélo n’est pas cassé après avoir tant souffert (non c’est vous qui souffrez, pas votre vélo mais au prochain vrai plat vous retournerez sur le 3ème plateau et vous serez rassurée). Le vent… cet élément si charmant qui en plus d’essayer de vous arracher votre casque et vos lunettes vient toujours tester vos limites en montée en se mettant face à vous et en redoublant de puissance. La pluie, celle qui ne manquera jamais, en plus de vous doucher et de faire passer votre legging de 150g à 5kg, de créer des grosses flaques d’eau dans lesquelles les voitures pourront rouler afin de projeter des vagues immenses qui s’abattront sur vous et votre pauvre monture de fortune (quelle vie de chien !). Bref, comme dans la vie, si vous pouvez éviter vos ennemis, faites-le !
    s
    s
  7. Votre meilleur ami en vélo
    Chapelle-station-in-the-marolles-area_Brussels_Street-Art_Best-things-to-do_Bench

    Mais la bonne nouvelle avec tout ça, c’est que vous trouverez de nombreux alliés sur la route comme l’ombre et donc les arbres qui la créent qui vous permettront de vous protéger du soleil et de la potentielle déshydratation liée à ses effets. Les pentes, surtout lorsqu’elles durent plusieurs dizaines de kilomètres, qui vous permettront de reposer vos jambes et d’enfin avancer sur votre carte. Les bancs publics et les fontaines qui vous permettront de faire une petite pause bien méritée avec un minimum de confort pour reprendre des forces pour la suite. Et enfin les gens, qui, une fois sortis de leur voiture, n’hésiteront pas à vous sourire et à vous encourager sur le chemin pour vous donner un peu de baume au coeur (Mais pourquoi sommes nous si nombreux à avoir un complexe de Dr Jekyll et Mister Hyde lorsqu’on est au volant ?).
    s
    s
  8. Comment savoir que vous avez passé la frontière et que vous êtes maintenant en France?
    routes de France_Tour en velo_voyage_jura_cuistot_atelier culinaire a velo
    Il semblerait que les routes ne soient subitement plus entretenues? Normal vous êtes en France !
    Les gens vous insultent par la fenêtre de leur voiture ? Normal vous êtes en France !
    Les gens vous snobent lorsque vous leur demandez votre chemin (pourtant vous parlez français)? Normal vous êtes à Paris et Paris, c’est en France…
    Bref, quand vous passez la frontière, qu’elle soit belge ou suisse, vous êtes au courant ! Le Français ne déroge ni à la règle ni à sa réputation (enfin sauf en rase campagne) même lorsque vous vous trouvez près de lui avec un vélo… Pourtant les quelques Français chouettes que vous allez rencontrer vaudront vraiment vraiment le coup et seront surpris de découvrir la réputation qui accompagne leur nationalité chez leurs voisins francophones.

Conclusion : Le vélo ce n’est pas simple mais c’est accessible à tout le monde et comme pour toutes les activités du monde, le vélo a aussi ses contreparties (on se rappelle très bien l’article sur le stop au Laos…). Alors si moi je m’en sors sans entrîinement et avec une batterie de cuisine dans mes sacoches, il n’y aucune raison pour que vous n’y arriviez pas. Et pour le reste… J’attends vos anecdotes rigolotes !

Copyright © 2014 · All Rights Reserved · Eats To West