Portrait : May, cuistot, prof de cuisine et chef d’entreprise

English version

Une femme de caractère, passionnée et qui sait de quoi elle parle !

Quel plaisir d’avoir eu la chance de rencontrer May. En cherchant une école de cuisine à Chiang Mai parmi les 1500 possibilités qui servent d’attractions touristiques, je suis tombée sur le site de Thai secret cooking school et j’y ai trouvé les mots-clefs que je cherchais : ferme, à l’écart de la ville, permaculture/bio, école familiale. Et la présentation n’a pas menti, Après avoir récolté nos herbes aromatiques dans le potager de la maison, May nous a transmis ses secrets d’une voix ferme et assurée tel un chef étoilé français en nous donnant toutes les réponses à nos “pourquoi” et en détaillant les “comment” en étapes très claires et logiques. On n’était pas là pour rigoler, on était là pour apprendre… dans la bonne humeur. D’ailleurs, certains profs de cuisine en Europe feraient bien d’en prendre de la graine.

Thai secret cooking school_May_portrait_Best cooking school in chiang mai_Thailand_Thaifood

May a la quarantaine, elle est Thaïlandaise et a appris la cuisine avec sa maman dès toute petite alors qu’elle se retrouvait coincée au jardin avec son frère à râper des noix de coco pendant que leurs petits camarades jouaient dans la rue… et malgré un diplôme universitaire, elle a pris la décision de retourner à ses premières amours et de travailler en cuisine. Après plusieurs job dans des restos, un petit tour en France du côté de Castelnaudary pour 3 ans, elle est revenue en Thaïlande et a ouvert son école de cuisine où elle vit avec son mari, Jason, un cuistot américain ayant tout quitter pour le rêve sud asiatique. Ils s’occupent du potager ensemble et se partagent le travail de l’école en attendant l’arrivée d’un nouveau membre dans la famille pour 2016…

thai secret school_cooking lesson_chiang mai_Thailand_Top things to do

Ca vous rappelle quelque chose cette histoire? Oui j’ai rencontré la version asiatique de moi dans 10 ans en Thaïlande et croyez-moi j’ai été très inspirée par cette rencontre.

Dans la liste des secrets partagés par May, il y a eu :

  • Faire du lait de coco maison à l’ancienne…
  • Faire les pâtes de curry… Car oui, le curry n’est pas une poudre qui s’achète au marché. En Thaïlande, le curry est une pâte qui se fabrique à la maison et qui ne se conserve pas longtemps ! (bientôt sur le blog, restez connectés)
  • Les étapes de l’utilisation d’un wok pour le procédé de cuisson “sauté” avec l’exemple du sauté de poulet aux noix de cajou… Tellement délicieux !
  • Le respect des saveurs thaïlandaises et l’utilisation avec ou sans parcimonie des différentes herbes aromatiques et racines comme la coriandre, le gingembre, le galanga, le curcuma, la citronnelle (lemon grass), le kafir…, les sauces comme la sauce soja ou la sauce poisson, ou encore les pâtes comme les currys ou la pâte de poisson…
  • Comment rouler un rouleau de printemps (nem)

Une journée vraiment utile et agréable donc qui m’a permis d’enfin comprendre les bases de la cuisine thaïlandaise et ses secrets. Combiné avec mes quelques jours passés avec Kim au Vietnam, je peux sereinement clôturer et quitter l’Asie du Sud-Est en me disant que j’ai rempli ma mission.

Suite au prochain épisode !