Trouvailles food – Episode 1

FR only

Rester curieuse et partager sa curiosité

Voilà bien longtemps que je n’ai pas pris le temps de vous partager quelques trouvailles et cette vilaine habitude doit cesser sur le champ !

Ce retour dans le monde du travail m’invite à donner beaucoup d’espace à des choses qui ne font pas battre mon coeur et aujourd’hui je me disais qu’il était justement l’heure de reconquérir mon espace temps privé pour le rediriger vers ce que mon coeur aime plus que tout. Alors, “ce soir”, m’est apparu comme une soirée parfaite pour redonner du temps à ce qui me “nourrit” et c’est donc avec un plaisir non dissimulé que je prends la plume pour vous parler de ces quelques découvertes sur la thématique du food que j’ai eu la chance de faire ces derniers temps.

 

La cantine de minuit

Voilà déjà plusieurs mois que cet exquis manga trône sur ma table de chevet et que je me délecte d’une tranche de vie de ces personnages tous plus attachants les uns que les autres dés que le coeur m’en dit. J’aurai pu avoir envie de dévorer ce livre en un après-midi autour d’un chocolat chaud et de quelques crinkles ou encore en une soirée autour d’un donburi maison mais étrangement ma tactique de lecture est toute autre en ce qui concerne ce petit chef d’oeuvre. Je l’ouvre quand j’ai un peu le moral dans les chaussettes et il me redonne le sourire en quelques mots en me faisant voyager dans la culture culinaire du Japon que j’ai tant aimé lorsque j’étais sur les routes.

C’est le tenancier de ce petit restaurant dans le fond d’une ruelle du célèbre quartier Shinjuku de Tokyo qui nous reçoit entre minuit et 7h du matin. Qu’ils soient de passage ou des fidèles, nous faisons la connaissance de ses clients en s’asseyant à leur table pour partager un plat de nouilles, d’omelette, de ragout (…) et partageons un moment privilégié avec eux dans l’intimité de la nuit. C’est simple, c’est plein de vie, c’est délicieux et en plus c’est en 6 tomes… bientôt 7 en mars 2020 visiblement, j’ai encore de longues heures de “comfort food” de la pensée devant moi et je m’en réjouis d’avance.

 

Mordant

Quand une personne qu’on apprécie prend la plume pour parler de “bonne bouffe”, forcément c’est la cerise sur le gâteau. Elisabeth Debourse, journaliste aux multiples talents se tient derrière son clavier tous les mercredis pour nous faire rêver de ses découvertes culinaires… et elles sont nombreuses.

Moi, personnellement je pourrais lire Elisabeth me faire la description d’une salière en 46 pages tellement j’aime sa prose. Mais lire Mordant, c’est un peu comme s’asseoir à sa table (de nouveau, tilt) et l’écouter conter ses aventures urbaines et culinaires, ça sent bon la vie, la réalité, l’authenticité avec cette touche de poésie que vous ne trouverez nulle part ailleurs. Cette semaine elle parle par exemple de femmes et de vin, de manger seul.e au restaurant et elle partage ses dernières découvertes de bar à vin Bruxellois et c’est délicieux .

“Souvent, je croise le regard du chef derrière son comptoir, et je joins mon pouce et mon index comme en plongée sous-marine. Je ferme un peu les yeux. « C’est bon », je lui dis silencieusement. Sur Instagram cette semaine, j’ai demandé si d’autres aimaient ça aussi, manger seul·e. J’ai appris qu’il y en avait qui faisaient ça pour conjurer une journée « particulièrement merdique », certain·e·s que ça faisait se « sentir chic », et d’autres encore qui lisaient à table ou qui n’osaient qu’en voyage”.

Alors pour recevoir aussi Mordant tous les mercredis directement par mail et rêver au travers des découvertes et élucubrations d’Elisabeth c’est ici.

 

Foodie love

J’ai la chance d’avoir des amies avec qui j’ai des centres d’intérêt communs. Et le mois passé, c’est Axelle (qui se cache derrière “faim.studio“) qui m’a emmené à la découverte d’un de ses coups de coeur dans le cadre du festival “Are you series?” au Bozar. On a pu regarder au format cinéma deux épisodes de la série “foodie love” et une fois de plus c’était goûtu ! Une série qui part du principe que dans une société où certaines rencontres se font grâce à des applications sur smartphone, si on prend le risque de passer un moment finalement peu agréable, osons nous retrouver autour d’une assiette… “Après tout si notre potentielle conquête aime manger, il ou elle ne doit pas être complètement idiot.e”. Une série qui parlent définitivement d’hédonisme, qui mêle relations charnelles et nourriture, qui utilise cette même nourriture comme vecteur social et qui nous accompagne dans la rencontre de ces deux personnages tous deux très très très attachants. J’imagine que je ne dois pas préciser d’avantage que j’ai été conquise et que je me lèche déjà les babines à l’idée de pouvoir déguster la série en entier… voir en une bouchée !

 

A bientôt

Alors voilà pour aujourd’hui, 3 pépites dont je voulais vous parler en espérant partager un petit bout de route de nouveau avec vous.
Peut-être aussi comme la volonté de vous faire un clin d’oeil pour vous rappeler que je suis toujours là quelque part en train d’essayer de me débattre avec “les trucs du quotidien”, “développer mon regard critique sur la société”, “apprendre les fondements de l’alimentation santé” et doucement commencer à préparer mon “come back” sur la scène food (si vous saviez comme tout ça occupe tous mes rêves en ce moment, j’ai même commencé un décompte jusqu’à mon diplôme. C’est parfois difficile de tenir et de continuer à y croire quand il y a en fait autant d’incertitudes et de données difficiles à analyser avant de se lancer pour de bon… mais je garde le cap et même si je ne peux toujours pas vous donner une date précise, comme on dit en cuisine “je suis dessus”).

Beau weekend à tou.te.s, que vos rêves soient grands et tumultueux, que votre année soit délicieusement authentique (oui bon, on est le 17 janvier, je n’ai que QUE 17 jours de retard mais j’avais quand même envie de vous souhaiter de jolies choses…).
A tout vite pour l’épisode 2, je fais le plein d’aventures ce mois-ci et je reviens dans 4 semaines.